« On va leur couper les subventions »

Les rapports entre cette association culturelle et la mairie sont exécrables. Au fil des années une méfiance réciproque s’est installée. L’association se plaint de l’attitude de la mairie qu’elle qualifie de vexatoire (non augmentation ou diminution des subventions alors que d’autres associations voient les leurs augmentées), non réponse à leurs demandes répétées.
Du côté de la mairie tous les services sont unanimes : l’association les harcèlent, leur programmation artistique n’a rien à faire dans la ville car trop contemporaine et n’intéressant à priori personne.

Un manager sans pouvoir

Dans cette collectivité ce manager a fait venir dans son équipe une personne qu’on lui avait recommandée.  Durant quelques mois cette personne donne toute satisfaction, mais une fois titularisée c’est une autre histoire qui se joue : retards à répétition, mise en cause du manager auprès du reste de l’équipe…
Les remontrances et tentatives de régler le problème directement par le manager n’ont pas donné lieu à une amélioration. Il faut dire que dans cette administration les sanctions ne sont ni habituelles ni opérantes puisque la hiérarchie y donne rarement suite.

Une équipe en souffrance

Cette équipe professionnelle d’une entreprise est passionnée par son action, leur mission a du sens est c’est la raison pour laquelle ils travaillent pour cette société. Les objectifs professionnels, pourtant très ambitieux, ont été dépassés. Pourtant  l’ ambiance au sein de l’équipe est délétère : malgré les efforts du responsable « on ne se parle plus » et un membre démissionne.

Un conflit entre associés


C’est un conflit entre deux associés. Les relations sont tellement dégradées que l’un deux en est littéralement malade. Il m’appelle : il est demandeur d’une médiation mais son associé refuse.  Quelle stratégie adopter dans ce cas là ?
Rester c’est prendre le risque d’y perdre sa santé. Partir brusquement c’est abandonner le terrain, perdre de l’argent et un outil commun patiemment bâti au cours des années.

Souscrire à Christian Meyer RSS